Malheur aux vaincus!

Vae victis, dessin paru dans La Baïonnette, n°190, 20 février 1919.

baionnette_190_200219

Ce dessin exprime de façon magistrale le mépris de Chas Laborde pour les mercantis, tous ceux qui, à un niveau ou un autre, ont profité de la guerre et du malheur commun.
Plutôt que de représenter un capitaliste caricatural, comme le fait par exemple Lucien Laforge dans La Guerre en dentelles en 1916 (avec son financier au nez crochu, serrant des sacs d’or contre lui!), il dessine une des robustes marchandes des quatre saisons qu’il a croisées rue Lepic. La matrone a une belle tête d’empereur romain, qu’on dirait taillée dans le marbre, et une stature imposante. D’un geste décidé, qui évoque Brennus et n’appelle aucune contestation, elle appuie son pouce sur le plateau de la balance : “Vae victis!”.

Croquis de Chas Laborde.

Croquis de Chas Laborde.

On a pavoisé pour fêter la victoire et le foisonnement de drapeaux tricolores souligne l’ironie de l’artiste. Les vaincus ne sont pas les Allemands mais tous ceux qui continuent de souffrir des restrictions imposées par l’état de guerre, qui se poursuivent malgré la « paix victorieuse »; tous ceux qui subissent au jour le jour la hausse des prix et la baisse de leur pouvoir d’achat.

Laisser un commentaire