La fille de Stockholm.

Konfektasken, de Thora Dardel, Albert Bonniers Förlag, 1924.

dardel_1

Thora Klinckowström, fille du baron et mécène Axel Klinckowström. naît dans une paroisse du comté de Stockholm le 24 mai 1899. Venue à Paris, en 1919, pour étudier dans l’atelier d’Antoine Bourdelle, elle découvre Montparnasse et La Rotonde, qu’elle juge « un bouge répugnant, puant, avec de la sciure par terre, et à chaque table les pires individus qui soient . » Modigliani fait son portrait, qu’elle juge peu ressemblant.

En 1921, elle épouse le peintre Nils Dardel. Ce dandy bohème s’est installé à Paris en 1910, en compagnie d’autres jeunes artistes suédois. Pendant la guerre il voyage aux Etats-Unis et au Japon avec son amant, le collectionneur d’art Rolf de Maré. Celui-ci crée les Ballaets suédois, pour lesquels Nils Dardel dessine en 1920 décors et costumes. Son ami Radiguet décrit Nils comme un « jeune homme pâle avec de grands yeux fatigués qui ont quelque chose de chinois ». Le couple a une fille,Ingrid, et se sépare en 1932.

Nils et Thora Dardel rue Lepic.

Nils et Thora Dardel rue Lepic.

Thora et Nils habitent un atelier rue Lepic, à Montmartre et se lient d’amitié avec Chas Laborde et Pascin. La jeune Suédoise est adoptée par Le Crapouillot, qui trouve beaucoup de talent à cette « jeune romancière suédoise qui vit à Paris [et] raconte des histoires merveilleuses en baissant la tête, en zézayant un peu. » Et Nils Dardel est exposé au Salon de l’Araignée de Gus Bofa.

Thora Dardel vue par Jean Oberlé.

Thora Dardel vue par Jean Oberlé.

Elle publie un premier roman Flikan som resta ensam en 1923, suivi par Konfektasken, en 1924, qui est illustré par ses amis parisiens, Jules Pascin, Fernand Léger, Per Kroghe, Kisling, Nils Dardel et Chas Laborde. A noter que d’autres dessins de Chas seront publiés en Suède grâce à Reinhold Adolf Hallman.

Dessin de Chas Laborde pour "Konfektasken

Dessin de Chas Laborde pour “Konfektasken

Jean Oberlé, autre ami de Chas, l’aide à traduire certaines des nouvelles qu’elle a écrites. Elles sont publiées, avec des illustrations d’Oberlé et une préface de Cocteau, par Trémois en 1930, sous le titre Mon amant se marie.

dardel_2

 

Laisser un commentaire