La fille et le capitaine.

Dessin inédit, 1924.

chas-femme

Paris, 1924.
Dans la rue, un officier rondouillard emboîte le pas à une prostituée élancée qui lui fait de discrets signes de sa main gantée de blanc : suivez-moi, jeune homme…
Aucun ne se doute que Chas les a vus. C’est l’occasion pour le dessinateur de ridiculiser une fois de plus les badernes galonnées. On devine que le capitaine moustachu a un bon coup de fourchette, qu’il du faire la guerre à distance respectueuse du front et gagner ses galons dans l’intendance.
Si la professionnelle arbore un corps en forme de sablier, des bas et une robe qui mettent en valeur ses atouts naturels, la ganache, elle, a le physique effondré du père Ubu. Le prestige de l’uniforme n’est plus ce qu’il était…

Laisser un commentaire