Gus Bofa au cinéma.

« Les actualités », Paris-Midi, 15 mars 1940.

Au printemps 1934, alors que la crise a tué l’édition de luxe, Simon Arbellot, collaborateur du Temps mais aussi de Documents, la revue de Georges Bataille, offre à Chas un nouveau débouché à son talent. Responsable de la page deux de Paris-Midi, le quotidien de Jean Prouvost et Pierre Lazareff, il propose au dessinateur d’y reprendre le principe de ses albums, Rues et visages de Paris ou Rues et visages de Londres, et de réaliser des reportages graphiques dans Paris.

Chas Laborde va, de 1936 à 1940, rendre le spectacle et la vie de la rue parisienne, de Paris-Plage au Musée du Louvre, en passant par le Palais des sports, la Comédie-Française, les jardins du Luxembourg, etc…

Il fixe sur le papier un monde que la guerre va bientôt emporter. et ses derniers dessins pour Paris-Midi révèle un peuple qui refuse jusqu’à la dernière minute de croire à la catastrophe.

chas-actualites

 

Une salle de cinéma en mars 1940. Le public bavarde, fume, mange, se mouche tandis que les bandes d’actualités défilent sur l’écran, montrant des images rassurantes des casemates et des canons de l’imprenable ligne Maginot.

Chas Laborde est là en compagnie de Gus Bofa, qu’il dessine, au quatrième rang, cigarette fichée au coin de la bouche

Laisser un commentaire